Chiffres importants sur l’Enseignement Supérieur au Maroc


Notice: Undefined variable: cusrnd in /home/hassanbouzidi/public_html/fr/wp-content/plugins/quick-adsense/includes/content.php on line 291

Notice: Undefined variable: cusrnd in /home/hassanbouzidi/public_html/fr/wp-content/plugins/quick-adsense/includes/content.php on line 307

Chiffres importants sur l’Enseignement Supérieur au Maroc


61%
de réponse positive, le taux de réussite qu’obtient le demandeur d’origine maghrébine. Tandis que le candidat d’origine française sans handicap obtient un taux de réponse positive de 69,7 %. Ce taux dépasse de deux points celui du candidat d’origine française avec handicap. Cette campagne de testing, inédite en France, porte sur l’accès en master. En mars 2021, [607] masters ont été testés dans [19] universités. Trois messages ont été envoyés à chaque responsable de master : un message d’un candidat avec un prénom et nom d’origine maghrébine, un message d’un candidat précisant qu’il est en fauteuil roulant, et un message d’un candidat au prénom et un nom d’origine française, sans handicap. Par ailleurs, l’étude constate une discrimination dans la réponse faite aux candidats selon leur origine. Ainsi près d’[1] master sur [5] donne une réponse positive au candidat d’origine française mais négative au candidat d’origine maghrébin ce qui induit un accueil discriminatoire à une demande d’information d’un candidat dont le patronyme suggère une connotation maghrébine (L’Observatoire national des discriminations et de l’égalité dans le supérieur (ONDES) – 15 février 2022).
44.933
Le nombre d’étudiants Marocains en France; la première communauté à venir étudier en France en 2020-2021, dont [13%] ont opté pour les écoles d’ingénieurs (Campus France).  Un diplôme d’ingénieur français est perçu comme un sésame pour intégrer l’élite dirigeante. “Excellents en maths et en physique, les étudiants marocains brillent aux concours des meilleures écoles d’ingénieurs françaises comme l’École polytechnique et CentraleSupélec” (« Le Figaro », dans un article sur le succès des Marocains aux concours des écoles d’ingénieurs française).  Une réussite qui s’explique par la proximité des systèmes scolaires dans les deux pays et les nombreuses classes préparatoires (19 au total) disséminées dans le Royaume.  L’École polytechnique accueille actuellement [160] étudiants marocains, dont [110] suivent le cycle ingénieur. Il existe une École centrale à Casablanca et l’EIGSI La Rochelle y a ouvert un campus.
1
Première école en son genre au Maroc, en Afrique et dans le monde arabe.  L’École nationale supérieure de chimie (ENSC) relevant de l’Université Ibn Tofaïl de Kénitra a organisé, cette semaine, sa première journée-débat sur le thème «Rencontre avec les industriels».  L’ENSC a pour objectif la formation, sur une période de [5 ans], d’ingénieurs-chimistes, dont le tissu économique et industriel a grand besoin.  Ayant démarré son cycle ingénieur cette année, avec deux filières (filière chimie des matériaux et procédés et filière chimie et ingénierie de formulation), l’ENSC-Kénitra vise à combler un vide en cadres et à répondre aux besoins d’un domaine qui englobe la quasi-totalité du tissu industriel. Deux autres filières concernant l’environnement et le développement durable seront lancées lors des prochaines rentrées universitaires.  Abed Chagar, président de la Fédération de la chimie et de la parachimie (FCP), a precisé que le chiffre d’affaires de l’industrie chimique au Maroc, tous secteurs confondus, a atteint [95 milliards DH] en 2018. Il a indiqué, à cet effet, que la chimie et la parachimie sont le premier secteur industriel national qui offre des emplois de qualité et qui recrute le plus grand nombre d’ingénieurs.  «C’est une formation qui va ouvrir de nouvelles perspectives. Il faut savoir qu’il n’y a pas une filière industrielle qui ne fait pas appel à des ingénieurs chimistes. On peut citer à titre indicatif les secteurs des phosphates, de l’eau, de l’agroalimentaire, de l’industrie automobile et la liste est longue» (Azzeddine El Midaoui, président de l’Université Ibn Tofaïl – novembre 2021).
2
Les priorités du nouveau gouvernement Akhnouch pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique: 1- Renouveler les infrastructures universitaires pour les doter de terrains de sport, bibliothèques, restaurants, espaces de lecture, etc., 2. Attribuer des bourses aux doctorants pour financer leurs études dans les universités marocaines et étrangères, à condition qu’ils s’engagent à enseigner par la suite dans les universités marocaines.  Le nouveau gouvernement prévoit également de revoir le système d’orientation et de motiver les choix des sujets de recherche scientifique en fonction des besoins économiques du pays.
2
Les mesures importantes prévues par le nouveau gouvernement Akhnouch sur le volet Formation Professionnelle: 1. La création de passerelles entre la formation professionnelle et les universités et grandes écoles, pour permettre à ceux qui le souhaitent d’améliorer leur formation, 2. La poursuite du déploiement des 12 cités des métiers et des compétences
50
Le nombre de places consacrées à la filière anglophone au sein de la faculté de médecine de l’UM6SS pour l’année universitaire 2021–2022, en plus des 300 places réservées à la filière francophone.  Cette nouvelle filière donne la possibilité aux bacheliers de poursuivre des études de médecine au Maroc totalement dispensées en anglais, accessibles sur concours. 
1er
La place qu’occupe le Maroc parmi les pays partenaires de la rive sud de la Méditerranée au programme européen de recherche “Horizon 2020”. Il s’agit  du grand programme de financement de la recherche et de l’innovation de l’Union européenne, doté d’une enveloppe budgétaire de [80 milliards d’euros] pour la période 2014-2020. Son objectif est de financer, des projets de recherche interdisciplinaires et innovants couvrant l’ensemble de la chaîne de création, depuis l’idée jusqu’au marché en renforçant le soutien à la commercialisation des résultats de la recherche et à la créativité des entreprises. Ce programme publie chaque année de nombreux appels à projets dans tous les domaines scientifiques. Les principaux partenaires du Maroc dans ces projets sont la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni (Communiqué du département de l’Education, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la recherche scientifique
6,81 millions d’euros
Le montant de financement “Horizon 2020” dont le Maroc a bénéficié, jusqu’à fin 2020, avec [69 projets] impliquant [82] équipes de recherche publiques et privée]. [39] équipes appartiennent aux universités publiques : Mohammed V [9], Cadi Ayyad [7], Al Akhawayen [7], Moulay Ismail [4], Hassan II [3], Ibn Zohr [3], Sidi Mohammed ben Abdellah [2], Chouaib Doukkali [2], Abdelmalek Essaâdi [1] Ibn Tofail [1]. Sont impliquées également [29] équipes des établissements d’enseignement supérieur ne relevant pas des universités ou des établissements de recherche: Entreprises privées [9] Administrations publiques [5] (Bilan de la Commission Européenne
400 milliards de dirhams
400 milliards de dirhamsLe montant du financement de projets de recherche collaboratifs accordé à plus de [800] chercheurs et doctorants  par l’IRESEN depuis la création de l’Institut basé à Ben Guerir en 2011.  Lors de sa  13e réunion le 23 mars 2021, le Conseil d’administration a également validé le projet bilatéral Maroc-Espagne «InnoEspaMAROC» pour [32 milliards de dirhams] conçu pour le développement de produits, procédés et services innovants dans le domaine des technologies vertes à fort potentiel de commercialisation impliquant [15] partenaires scientifiques et industriels, marocains et étrangers. Les nouveaux projets portent sur le partenariat Afrique-Europe pour la recherche à long terme sur les énergies renouvelables [170 milliards de dirhams], la digitalisation de l’énergie [250 milliards] et le transfert de technologies vers l’industrie [20 milliards].  “Le bilan de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles s’articule autour de deux axes principaux : financier et avancées technologiques.  Les réalisations scientifiques de l’IRESEN sont illustrées par la création du Green Energy Park dédié à l’énergie solaire photovoltaïque et thermique, le Green and Smart Building Park pour la construction durable, des réseaux intelligents et de la mobilité électrique et enfin par le Green Energy Park Maroc-Côte d’Ivoire” (Badr Ikken, le directeur de l’IRESEN
23
Le nombre de chercheurs marocains (affiliés à des universités et institutions marocaines) et figurant parmi les [161.441] scientifiques ayant produit le plus d’impact en 2019, liste récemment publiée par l’équipe de l’université américaine de Stanford. Le classement comprend une deuxième liste considérant l’influence des chercheurs pour l’ensemble de leur carrière à fin 2019: [159.682] noms. [8] Marocains arrivent à se positionner dans cette classe de chercheurs mondiaux en sciences: Mostapha Bousmina (université Euromed de Fès), Fouad Bentiss (université d’EL Jadida), Ahmed Ennaoui (IRESEN), Mounir Ghogho (UIR), B. Hammouti (université d’Oujda), Abdellah Benzaouia (université Marrakech), Hmamed Abdelaziz (université de Fès) et A. Zarrouk (université de Rabat) (Décembre 2020).
13
Le nombre d’universités marocaines dans le classement universitaire par performance académique (URAP) pour l’année universitaire 2020-2021. Au niveau international, l’Université Mohammed V de Rabat occupe la [1.155e] place sur un total de [3.000] universités. Pour ce qui est des autres universités marocaines, l’université Cadi Ayyad de Marrakech arrive à la [1.328e] place. Viennent ensuite l’Université Hassan II de Casablanca [1.560e], l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès [1.922e], l’Université Moulay Ismail de Meknès [2007e], l’Université Mohammed Ier [2.126e], l’Université Ibn Zohr Agadir [2.192e], l’Université Chouaib Doukkali [2.291e], l’Université Abdelmalek Essaadi [2.301e], l’Université Ibn Tofail de Kénitra [2.365 e], l’Université Sultan Moulay Slimane de Béni Mellal [2.717e], l’Université Mohammed VI polytechnique [2.844 e] et l’Université Hassan Ier de Settat [2939 e]. L’Université Mohammed V de Rabat maintient sa position de leader national, selon le classement international URAP des meilleures universités au monde.
49,48 points
Le score obtenu par l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) à Benguérir pour obtenir une accréditation Silver-Stars décernée par l’Association pour la promotion de la durabilité dans l’enseignement supérieur (STARS 2020), en reconnaissance de ses réalisations en matière de Développement Durable, dans ses différentes composantes: Formation, Recherche, Opérations, Planification, Administration et Innovation & Leadership.
13
Le nombre d’Ecoles Nationales des Sciences Appliquées (ENSA) existants.  Coté effectif, ENSA Agadir vient en tête avec [1500] étudiants pour l’année 2020-2021. [1.426] à Tanger, [1.333] à Kénitra, [1.206] à Fès, [1.197] à Marrakech, [1.072] à Tétouan, [1.070] à Oujda, [1.020] à Khouribga, [942] à Hoceima, [834] à Safi, [786] à El Jadida, [416] à Berrechid, [158] à Béni Mellal. Deux nouvelles ENSA sont prévues à Sidi Ifni et Meknès quand celles de Béni Mellal et de Berrechid ne disposent toujours pas de locaux propres à eux.
12,6 milliards DH
Le budget que devrait recevoir le département de l’Enseignement supérieur pour 2021, avec une progression de [44%] par rapport à 2012, mais qui reste insuffisant face à la massification enregistrée au niveau étudiants, plus [120%] de 2012 à 2021.
252.000
Le nombre de demandes de bourses qui ont été reçues cette années (2020-2021) du 25 juin au 31 juillet.
155.000
Le nombre des demandes de bourses par des nouveaux étudiants que le ministère a pu satisfaire en 2019-2020 (75%). [396.000] bourses au total ont été octroyées, grâce à un financement de près de [1,8 milliard DH] (Onousc).
63 pour 1
Le taux moyen d’encadrement (Nombre d’étudiants pour chaque enseignant) dans les universités publiques en 2021.  [62/1] en 2020; [61/1] en 2019; [59/1] en 2018; [57/1] en 2017; [57/1] en 2016; [53/1] en 2015; [49/1] en 2014; [45/1] en 2013, [38/1] en 2012.
36,850
Le nombre de doctorants inscrits dans les universités publiques en 2019-2020. Mohammed V Rabat [6,890] ; Sidi Mohammed Ben Abdallah Fés [5,221] ; Hassan II Casablanca [5,093] ; Ibn Tofail Kenitra [4,135] ; Abdelmalek Essaâdi Tétouan [3,771] ; Cadi Ayyad Marrakech [2,725] ; Mohamed 1er Oujda [2,632] ; Hassan 1er Settat [1,889] ; Ibn Zohr Agadir [1,383] ; Moulay Ismail Meknès [1,355] ; Sultan Moulay Slimane Béni Mellal [1,042] ; Chouaib Doukkali El Jadida [714]. L’université Mohammed V de Rabat est la seule à exiger des frais d’inscription aux professionnels souhaitant s’inscrire en doctorat: [5000 DH] à [10,000 DH] par an en fonction des salaires.
150
Le nombre de bourses offertes par le Maroc (à travers l’AMCI) aux nouveaux bacheliers gabonais, faisant du Royaume la destination [#1] des étudiants gabonais. Le nombre de bourses est passé de [130] en 2016 à [150] en 2020: 130 sont réservées à la formation universitaire et 20 à la formation professionnelle. (Abdellah Sbihi, ambassadeur du Maroc au Gabon – 16 octobre 2020).
8
Le nombre de publications produite par des universités marocaines et qui ont été recensées dans les bases de données “Web Of Science” et ”Scopus” dont [02] publications réalisées par l’Université Sultan Moulay Slimane.  Il s’agit d’une publication indexée sur le “Web of Science”, intitulée “Moroccan Medical Plants as Inhibitors of COVID-19: Computational Investigations” réalisée par l’Ecole Supérieure de Technologie (EST) de Khénifra en collaboration avec l’université Moulay Ismail de Méknes. Ainsi qu’une deuxième publication indexée sur la base de données “Scopus”, intitulée “Review on the Global Epidemiological Situation and the Efficacy of Chloroquine and Hydroxychloroquine for the Treatment of COVID-19” réalisée par la Faculté Polydisciplinaire de Khouribga (Etude bibliométrique sur le COVID-19, réalisée par le Centre National de la Recherche Scientifique et Technique (CNRST) à travers son Institut marocain de l’information scientifique et technique (IMIST) en mai 2020).
50.000 DH
L’une des primes que l’Université Hassan II de Casablanca va accorder aux auteurs des articles scientifiques publiés dans les revues internationales indexées et les brevets à l’échelle nationale et internationale: “La première prime concerne les sciences humaines et sociales, avec un montant de [10.000 DH] si la revue a un Quartile Q3 ou plus dans les classements SCImago. La seconde sera de [6.000 DH] pour chaque publication dans Scopus et WOS sans condition de Quartile. Pour les sciences exactes, cette prime est de de [10.000 DH] si la revue a un Quartile Q1 et de [6.000 DH] pour les publications dans des revues avec un Quartile Q2, tandis que les publications dans les revues « Science » ou « Nature » seront primées d’un montant de [50.000 DH] par publication”.  D’autre part, [10.000 DH] sera réservée aux meilleurs producteurs scientifiques de l’année dans quatre domaines disciplinaires: « Droit, Economie et Gestion », « Sciences exactes et Sciences de l’Ingénieur », « Sciences de la Santé » et « Lettres et Sciences Humaines et Sociales ». Une prime de [30.000 DH] sera octroyée pour la meilleure invention faisant l’objet d’un brevet international exploité, alors qu’une autre de [20.000 DH] sera accordée pour la meilleure invention de l’année d’un brevet national exploité (UH2 – Projet de Développement 2019-2023, Lundi 20 avril 2020). 
1e
[1e] Classement (THE) “Overall/Global” de  l’Université Ibn Tofail à l’échelle nationale, [4e] à l’échelle de l’Afrique et du monde arabe et [200-300] à l’échelle mondiale.  [1e] Classement (THE) “Clean Water and Sanitation/ Eau et Assainissement” de  l’UIT à l’échelle nationale, [1e] à l’échelle de l’Afrique, [2e] du monde arabe et [37e] à l’échelle mondiale.  [1e] Classement (THE) “Affordable and Clean Energy/Energie Propre” de  l’UIT à l’échelle nationale, [1e]  de l’Afrique et du monde arabe et [42e] à l’échelle mondiale (Time Higher Education Rankings: Edition 2020 a vu la participation de plus de [800] universités représentant [85] pays).
Bac+3 et Bac+2
Les profils les plus recherchés (75%) par Les centres d’appels, premier pourvoyeur d’emplois au Maroc en 2019.  [75.663] postes ont été créés dont [16%] sont des [Bac+4] et [9%] des [Bac+5].   Ce domaine représente [64%] des postes proposés par le marché du travail, suivi du domaine de l’informatique-électronique avec [17%]. La troisième place revient à la fonction commercial /vente/ export avec [5%] des postes ouverts (ReKrute.com – Mars 2020)
9 sur 10
Le taux des femmes diplômées en situation de chômage.  Leur nombre s’établit à [388.000] ou [35%] du volume global du chômage. Près de [8 sur 10] ou [82,6%] sont âgées de moins de [35 ans].  Les trois-quarts de ces dernières [75,9%] (contre [63,5%] pour les hommes) chôment depuis plus d’une année et [69%] sont des primo-demandeuses d’emploi, contre [50,9%] pour les hommes. Dans les villes, le taux de chômage des femmes est plus que le double de celui des hommes avec respectivement [21,8] et [10,3%] (HCP, Février 2020).
34,000
Le nombre de doctorants, toutes disciplines confondues, que compte le royaume, enregistrant une augmentation de [20%] entre (2016) et (2018). Le nombre de thèses soutenues a lui aussi augmenté de [35%] au cours de la même période, atteignant [20.000] au niveau de [63] centres d’études doctorales et [1.400] structures de recherche. Dans toutes les disciplines, [7.000] publications scientifiques sont indexées Scopus chaque a an, avec une hausse de plus de [50%] entre (2015) et (2018). La moyenne nationale est [0,5] publication par chercheur par an.  Le Maroc compte une moyenne de [100] brevets par an. En (2018), [121] inventions/brevets ont été enregistrés au nom des universités et des centres de recherche, grâce à un financement de l’État. Les fonds issus du secteur privé ne financent que [22%] de l’activité de recherche innovation. Le Royaume consacre environ [0,8%] du PIB à ce secteur (Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique – Février 2020)
55,4%
Le taux des actifs occupés qui n’ont aucun diplôme. [29,6%] ont un diplôme moyen et [14,9%] un diplôme supérieur. Parmi les actifs occupés exerçant dans le secteur de l’”agriculture, forêt et pêche », [81,4%] n’ont aucun diplôme. Cette proportion atteint [59,8%] dans le secteur des BTP, [46,2%] dans l’industrie y compris l’artisanat et [38,1%] dans les services.  Près de [7/10] des indépendants  [70,5%] ne disposent d’aucun diplôme, [1/4]:[24,8%] ont un diplôme moyen et [4,7%] un diplôme supérieur. Pour les salariés, ces proportions sont respectivement de [42,4%], [33,4%] et de [24,2%].  Les non diplômés sont plus touchés par l’emploi non rémunéré avec une part de [19,7%] contre [9,5%] pour les détenteurs d’un diplôme. (Haut-commissariat au plan – Février 2020)
2,33 milliards DH
Le budget que nécessitera la construction du Centre hospitalier universitaire d’Agadir.  [1,2 milliard DH] pour les travaux, [110 millions de DH] pour les études techniques et [1 milliard DH] pour les équipements  Sera réalisé sur une superficie de [30 hectares] dont [127 mille mètres carrés] couverts.  Les travaux, lancés en  juin 2018, enregistrent un taux de réalisation de [32%].   Le CHU se compose de  trois pôles: pôle mère-enfant, pôle médico-chirurgical, pôle d’excellence, ainsi qu’un bloc opératoire comportant [17] salles chirurgicales centrales et [1] salle de brûlés graves, des laboratoires, [1] unité de télémédecine, des services de formation, et [1] centre de simulation.  Ce projet a une capacité de [867 lits]: Urgences et soins intensifs [68], Spécialités chirurgicales [210], Spécialités médicales [210], Psychiatrie [120], Pédiatrie [78], Gynécologie obstétrique [90] Hôpital de jour [30] et [16] salles d’opération].  A cela s’ajoutent [120 lits] à l’hôpital psychiatrique d’Agadir et  [26 lits] à hôpital d’oncologie (Agadir – 7 février 2020).
70
Le nombre d’étudiants ghanéens (parmi les plus méritants du pays) qui vont pouvoir poursuivre leurs études supérieures au Maroc grâce aux bourses octroyées par le Royaume et qui concernent toutes les spécialités, notamment médicales et paramédicales, les sciences appliquées, la gestion et le commerce.  A noter que ces étudiants sont anglophones et poursuivront des cours de mise à niveau en langue française au Centre International de Langues (AMCI) à Rabat, à l’issue desquels ils seront orientés, au titre de la prochaine année académique, vers l’une des filières de formation (Imane Ouadil, ambassadeur du Maroc au Ghana, s’exprimant à l’occasion d’une cérémonie organisée, le 26 novembre à Accra, en l’honneur de ces étudiants ghanéens).
105
Le nombre de lauréats des classes préparatoires aux grandes écoles qui n’ont pas obtenu leur bourse de mérite. Ils accusent le ministère de l’Education d’avoir failli à ses engagements selon lesquels les étudiants des CPGE qui réussissent les concours français et poursuivent des études dans de grandes écoles (d’ingénieurs ou de commerce) en France ont droit à cette bourse [5000 euros] par an avec des frais de scolarité de [1000 euros] dans la plus part des écoles, contre [120.000 euros] dans les deux écoles concernés. “Nous ne nous sommes jamais engagés à verser la bourse aux étudiants de Kedge Business School et Neoma Business School pour cette année. Le dépôt du dossier de candidature à la subvention ne signifie pas que le candidat a systématiquement le statut de boursier. Ils sont d’ailleurs tous informés de cette particularité en signant un engagement et une déclaration sur l’honneur” (Ministère de l’Education Nationale – Octobre 2019).
5
Le nombre de CHU (Centres universitaires hospitaliers) que la CRM (Caisse marocaine de retraite) va acquérir auprès du gouvernement dans le cadre de la nouvelle politique de privatisation.  la CMR pourra ainsi expérimenter une nouvelle forme d’investissement par des rémunérations de placement potentiellement plus importants.  Le gouvernement continuera, quant à lui, d’assurer la gestion des CHU contre des loyers mensuels versés à la CMR (Mémorandum d’entente, novembre 2019)..
14,18
Le seuil (fixé par l’Etat) pour les concours d’accès aux facultés privées de médecine, de médecine dentaire et de pharmacie pour l’année universitaire 2019-2020. Une première en ce qui concerne les universités privées où le seuil sera aligné sur celui qui sera appliqué dans les universités publiques.
1,400
Le nombre d’enseignants pour [126,000] étudiants à l’Université Ibn Zohr d’Agadir qui couvre [5] régions du royaume, est présente dans [8] villes avec [16] établissements et couvre [50%] du territoire national.
29
Le nombre d’établissements publics des CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) au titre de l’année scolaire 2019/2020. [37] autres écoles privées offrent les mêmes services.
250,000
Nombre d’étudiants qui intègreront les universités au titre de la prochaine rentrée universitaire 2019-2020 (Khalid Samadi, Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique – juillet 2019).
1,7 million
Le nombre d’étudiants de la formation professionnelle, de la formation des cadres, des établissements privés et des établissements partenaires en 2019-2020, sachant qu’en 2018-2019 ils étaient  [1,5 million].
+100.000
Le nombre (par an) des diplômés des universités et écoles publiques depuis l’année 2016-2017.
+441,000
Le nombre de candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2019.
70,000
Le nombre d’étudiants marocains inscrits dans des universités pionnières mondiales.  Le Maroc dispose de plus de [40] programmes de bourses pour les étudiants marocains avec plusieurs pays partenaires. (Aziz Amzazi, Ministre de l’Education Nationale, de la formation professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique – 28 février 2019).
500
Le nombre d’étudiants marocains qui poursuivent leurs études dans des universités espagnoles (Ricardo Rodriguez, l’ambassadeur d’Espagne au Maroc à l’ouverture de la 3e édition du salon des universités espagnoles à Rabat, 17 janvier 2019).
100
Le nombre de bourses offertes aux étudiants marocains au titre de l’année universitaire 2019-2020 par le gouvernement Hongrois dans le cadre de la coopération maroco-hongroise dans le domaine de l’éducation et de la science. Les étudiants marocains pourront poursuivre leurs études dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Hongrie, particulièrement dans les disciplines de l’Industrie automobile, Électronique, Agroalimentaire, Énergies renouvelables, Ingénierie, Technologies de l’information et de la communication, Architecture et Médecine.
1,215
Nombre d’ingénieurs formé par L’École nationale forestière de Salé depuis sa création en décembre 1968. [11,8%]  des lauréats sont des femmes et [30%] des étrangers issus de [27] pays, notamment arabes, d’Afrique subsaharienne et d’Amérique centrale. L’école connait une augmentation annuelle de [15 à 40] du nombre des lauréats. (Abderrahman Aafi, Directeur s’exprimant à l’occasion du [50ème] anniversaire de l’École).
11.3 milliards de dirhams
Le budget alloué à l’enseignement supérieur au Maroc dans le cadre du projet de loi de finances 2019, marquant une augmentation de [5.43%] par rapport à l’année dernière (Ministère de’L’Education Nationale).
725
Le nombre de postes budgétaires prévu par le projet de la loi de Finances 2019 à compter du 1er janvier 2019 : [700] pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique et [25] pour la formation professionnelle.  Outre ces postes budgétaires, l’article 34 alinéa 3 du projet de loi de Finances  signale la création à partir du 1er janvier 2019 de [700] postes budgétaires destinés à la régularisation de la situation des fonctionnaires titulaires du diplôme de doctorat qui sont recrutés, par voie de concours, en qualité de professeur-assistant.
500 millions d’euros
Le budget prévue pour les dix prochaines années dans le cadre du projet PRIMA (Partnership for Research and Innovation in the Mediterranean Area). Ce budget est financé en partie par les 19 Etats concernés (dont le Maroc) et l’Union européenne (UE).
40 MDH
L’enveloppe que nécessitera le projet de la « Cité de l’innovation » à Agadir. Il s’agit à ce niveau de réaménager les anciens locaux de l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées au cœur de la ville.  Le projet est financé par le département de l’industrie et du commerce et le ministère de l’enseignement supérieur à hauteur de [15 MDH] chacun. Le Conseil régional de Souss-Massa contribuera à hauteur de [10 MDH].  Le dossier de demande d’autorisation de réaménagement a été déposé à la Commune urbaine d’Agadir.

Chiffres importants sur l’Enseignement Supérieur au Maroc/